Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Fédération Régionale des MFR en Auvergne-Rhône-Alpes

4ème concours de forge à Saligny/Roudon (03)

92 candidats venus de la France entière avaient envahis le paisible village bourbonnais pour s’affronter autour d’une forge et d’une enclume pendant 3 jours

… que de Pampérigouste même on en vit la fumée…

 

Lorsque la mule du pape asséna son terrible coup de pied au triste Tistet Védène, il fut si violent qu’on en vit sa fumée depuis Pampérigouste. Rien de bien commun entre ce fâcheux évènement ecclésiastique et le 4ème concours de forge qui se déroulait ce weekend à Saligny sur Roudon si ce n’est, qu’au dire d’une habitante du village, on écoutait le fracas des enclumes depuis sa maison distante de 4 kilomètres.

C’est en 4 catégories que les concurrents se sont affrontés, tout d’abord, au cours d’épreuves de forge : une épreuve préparée, une épreuve de speed forging, une épreuve surprise et une épreuve œil de lynx. Les 4 premiers de chaque catégorie se sont ensuite départagés au cours d’une finale ferrure le dimanche après-midi.

 

Toutefois, c’est une épreuve hors concours qui a été le point d’orgue de ces 3 jours, je vous parle de l’épreuve par équipe. Chaque candidat et 8 professionnels bénévoles furent associés pour former 25 équipes de 4 maréchaux. Le vendredi soir, durant une heure, ce sont 100 maréchaux qui ont forgé en simultané, à cet instant le village résonnait d’un bourdonnement métallique qui donnait au marché couvert de Saligny une âme de ruche industrielle. 100 maréchaux, filles et garçons, apprentis ou professionnels ont aplati, tourné, étampé des kilos de ferraille. Pourquoi me direz-vous ? Juste pour le plaisir d’être ensemble. Pour montrer, qu’au XXIème siècle il existe encore des artisans d’un autre âge mais qui ont su s’adapter et développer de nouvelles techniques.

Durant ce weekend, Lionel BERTIN, Patrick DOFFEMONT et le docteur Bruno BAUP ont animé 3 conférences, « De l’extérieur vers l’intérieur », « Les repères qui guident le ferrage » et « L’affection de la boite cornée ». Il y a eu aussi des ateliers où les maréchaux ont pu échanger sur de nouvelles pratique et faire partager leurs expériences aux jeunes en formation. Les maréchaux ont aussi pu participer au parage bovin. Ce concours se veut pratique, technique, sportif mais aussi et surtout pédagogique. Un des professionnels me disait, « Un bon maréchal est en formation toute sa vie ».

Le concours en quelques chiffres, 80 bouteilles de gaz, des centaines de kilos de ferraille offerts par la société Press-Steel, 48 enclumes et forges à gaz, 4 chapiteaux, un hôtel, 2 gites ruraux, 130 personnes à héberger et nourrir chaque jour, 6000 € de lots, des fournisseurs qui nous aident et qui participent à l’animation, la mairie de Saligny qui met à disposition les locaux, un député fidèle depuis la première édition et environ 20 000 € de budget. En espérant que le succès croissant de ces 3 jours de manifestation, qui met en valeur des jeunes qui « s’arrachent le ventre » attirera un jour de futurs partenaires restés jusqu’à ce jour bien absents.

Mais cela, ce ne sont que des chiffres. Rien ne marcherait sans un ingrédient magique : les bénévoles. Ils sont 45 à s’être relayés du jeudi au dimanche pour faire tourner « aux petits oignons » cette mécanique de précision. Je profite de cet article pour leur adresser un grand merci. Alors que les organismes se remettent d’efforts physiques, de nuits trop courtes je vous invite d’ores et déjà à la prochaine édition 2018 avec des nouveautés et des surprises. Pour conclure, je citerais Ambrose BIERCE : « Jeunesse, l’âge du possible ».

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more